OK je l’avoue, en ce moment j’ai un faible pour les vêtements qui tournent. Après ma jupe Beetlejuice, voilà maintenant ma robe presque sur mesure. Car oui, malgré la promesse d’un modèle 100 % adapté à ses mensurations j’ai dû effectuer plusieurs retouches. Mais avant de vous expliquer tout ça, je vais d’abord vous en dire un peu plus sur la marque.

Je l’ai d’abord repéré grâce aux patrons de mannequin à coudre. J’ai trouvé l’idée hyper fun et bien moins chère que ceux du commerce. Alors je me suis lancée et je l’ai acheté (je ne m’y suis pas encore mise, mais c’est mon objectif de l’été), mais bien sûr je n’ai pas pu m’arrêter là donc j’ai traîné quelques heures sur le site et je suis finalement tombé sur une pépite. Une robe qui correspondait vraiment à mes envies actuelles.

le patron reçu très rapidement

Je dirais même trop rapidement. C’est un peu perturbant de recevoir un patron sur mesure à 22 h 15 en l’ayant commandé à 22 h. Il me semble que la marque passe par un logiciel qu’elle a créé elle-même donc je suppose que tout est informatisé. En tout cas, j’étais ravie de mes achats, mais je ne voulais pas me lancer tout de suite dans le mannequin sur mesure alors j’ai débuté avec la jolie robe qui tourne.

on recopie, on épingle et on coupe

En règle générale sur ce genre de robe je fais une toile d’essai, mais cette fois-ci j’avais envie de vivre l’expérience à fond. Alors j’ai fait confiance à la marque et j’y suis allez franco. Honnêtement si vous débutez en couture je ne vous conseille pas ces patrons, car les explications sont très imprécises (et en plus en anglais alors c’est le pompon).

des fleurs pour le printemps

Dans mon placard, j’avais une belle popeline de coton qui n’attendait que cette robe. Par contre, j’ai choisi de doubler le haut avec une autre matière et je l’ai regretté, car après quelques coups de fer à repasser la doublure a bien rétracté contrairement à la popeline.

sublime, mais un peu grande

J’étais très impatiente de voir si le patron était à la hauteur de mes espérances. Alors dès que j’ai eu un semblant de robe à essayer je me suis empressée de regarder le résultat devant le miroir. J’ai été agréablement surprise même si je sentais qu’elle était assez lâche et que j’ai l’habitude d’avoir des vêtements un peu plus fités j’ai quand même validé et passé à l’assemblage de la jupe.

un résultat wahou mais on peut encore faire mieux

Le haut et le bas assemblé ma robe était déjà presque terminée et je me sentais bien dedans. La longueur semblait parfaite et j’allais pouvoir avaler 10 burgers végé avant d’avoir l’impression d’étouffer. D’ailleurs, cela faisait trop de burgers. Alors j’ai fait quelques modifications au niveau des épaules, de la fermeture du dos et j’ai échancré mon emmanchure. Après coup, je pense que j’aurais dû moins retoucher, car maintenant je me sens un peu serrée .

le fameux triangle

Vous avez peut être vu qu’il y avait une petite découpe fantaisie en forme de triangle sur le devant. Pour moi ce détail n’apporte pas grand-chose à la robe. Je trouve cette découpe un peu mal placée et elle forme une légère pointe à cause des épaisseurs de l’incrustation. En ayant réduit au niveau des épaules j’ai été obligé de modifier ce morceau, car la robe m’arrivait au ras du cou et j’avais l’impression de ressembler à une ménagère des années 50.

Du coup très peu pour moi, je l’ai redescendue à une hauteur sobre, mais pas trop prude.

tomber en amour d’une robe

Cela faisait longtemps que j’avais envie d’une robe comme celle-ci. J’aime cette longueur qui donne un côté vintage. Aujourd’hui, j’ai découvert une nouvelle fonctionnalité sur le site de bootsrap qui consiste à créer son vêtement de toute pièce. On choisit la forme, l’encolure, les manches… Donc même si ce premier essai n’a pas été parfait je ne m’avoue pas vaincu et je pense craquer très vite pour un nouveau modèle.

Petit +

  • c’est fun d’avoir un modèle presque sur mesure
  • le prix

Petit —

  • les explications
  • quelques retouches à prévoir

Patronage : Robe 44539 Bootsrap fashion

Tissu : popeline de coton achetée au marché de Vénissieux