Aujourd’hui, j’ai décidé de vous partager un moment fort de ma vie. Le 16 mai de cette année nous devions nous marier mon amoureux et moi. Malheureusement au vu de la situation nous avons été obligés de reporter notre mariage. Le chemin de cette évidence a été intense et m’a appris énormément de choses sur moi.

le début de la panique

Chez moi, je n’ai pas la télévision. Outre le besoin d’éliminer les publicités de ma vie, cela me permet également de garder une certaine distance avec les médias pour me faire mes propres opinions et aussi éviter de paniquer devant tous les faits divers qui se produisent dans le monde. Bref, pour cette histoire de virus j’ai mis du temps à la prendre au sérieux. Un peu comme l’ensemble de la population, je suppose. Mais arrivé à la date fatidique du début du confinement, je n’ai pas pu faire autre chose que paniquer.

En effet comment allions-nous pouvoir nous marier alors qu’on savait pertinemment que le nombre de morts ne diminuerait pas en quinze jours et qu’une pandémie peut durer pendant des années (de manière moins grave, mais quand même) ?

la réflexion

Je ne vais pas vous mentir, j’ai pleuré. J’ai craqué un nombre incalculable de fois le temps que j’accepte l’idée que mon mariage ne se passerait peut-être pas le 16 mai comme prévu. Un mariage, on prend tellement de temps dans sa vie pour l’organiser qu’on le visualise d’une certaine manière et il est difficile de s’en détacher. Et puis une petite lueur est apparue. En février de l’année prochaine, une date très symbolique pour nous tombera un samedi alors on s’est tout de suite dit. Si nous devons le reporter, ça sera à cette date-là. Oui, mais la réflexion va plus loin que ça. Il nous a fallu revoir quelques détails techniques de notre mariage.

on choisit les deux et on verra

Notre mariage était incertain, on en était conscient. Mais début avril, nous ne savions toujours pas quand le confinement prendrait fin ni comment cela se passerait après, donc nous avons pris les devants et avons tout organisé avec nos prestataires pour avoir les deux dates d’assurées. On était donc prêts à repousser, mais on ne voulait pas risquer de reporter notre mariage et voir que le 16 mai tout aurait pu se dérouler comme prévu. Il ne restait plus qu’à attendre.

et puis finalement, l’annonce est tombée

Tout ce chemin a été fait en très peu de temps. Finalement, il aura suffi d’une quinzaine de jours pour imaginer notre mariage d’une autre manière, à un moment différent. Et lorsque nous avons su que le confinement se terminerait le 11 mai, cela ne nous pas trop attristé, car après ce temps de réflexion nous nous sommes aperçu de ce que nous voulions vraiment. Partager un instant fort avec notre famille et nos amis de manière simple et sereine. De mon côté, j’ai mis une partie de ma vie en pause pour cet évènement et cette étape m’a appris que seul l’instant présent compte et qu’il faut savoir écouter ses besoins et foncer quand on s’en sent capable.

petits mots pour celles et ceux

Peut-être que vous aussi avez vécu cela. Il est même possible que certains d’entre vous soient dans la situation dans laquelle je me trouvais début avril. Alors je voulais simplement vous dire que tout ira bien. Que des fois, vous ressentirez de la colère, de la peine, mais aussi de la joie et du soulagement. Vous avez le droit de vous prioriser. En aucun cas, vous ne devez culpabiliser de ça, car avant de prendre soin des autres il faut savoir prendre soin de soi. Et si vous vous sentez mal, vous ne pourrez aider personne. Alors, respirez et acceptez les choses à votre rythme. Ça va aller, vous ferez des beaux mariés, peu importe le jour.