Il y a plusieurs mois, mon amoureux m’a dit « chérie, je veux fabriquer une chemise ». Je lui ai d’abord demandé s’il était sûr. Et après avoir bien testé sa motivation, nous sommes allés acheter du tissu non pas pour une chemise, mais pour deux. Oui, oui, il a vu les choses en grand. On a aussi choisi le patron qui n’est autre que « l’élégant » de chez Les BG.

il recopie le patron

De loin, je l’observe attentivement en train de relever minutieusement les pièces du patron. Il a décidé de faire la version cintrée avec les pinces et s’applique vraiment lors de cette étape. Il va jusqu’à recopier les lettres à l’identique. Après plusieurs heures de recopiage, il passe à la coupe, puis commence les choses sérieuses. Il a débuté avec le col et la couture du haut du dos. La journée fût rude, et c’est naturellement qu’il me dit « chérie je reprendrais demain, on va se coucher ? »

il n’a pas repris

Du coup après une longue attente l’élégante chemise tombe entre mes mains. Je reprends un travail propre et il ne me reste qu’une partie complexe : la fente capucin. Un samedi après-midi, je m’attaque donc à cette fameuse partie qui je l’avoue est toujours un mystère pour moi. N’ayant ce jour-là pas envie de chercher plus loin que le bout de mon nez j’ai décidé de magouiller pour arriver à un résultat satisfaisant.

elle prend forme

Il faut savoir qu’après le col et la fente on a fait le plus gros du travail. En plus de ça c’est très agréable de terminer par les assemblages simples (manches, côtés, ourlets, poignets) car la chemise se transforme très vite en un vêtement qui peut être porté. Il ne faut quand même pas avoir froid aux yeux, qu’on se le dise, « l’élégant » est assez complexe à fabriquer. Mais avec beaucoup de patience, vous y arriverez grâce au guide illustré qui est très clair.

ma bête noire

Pour moi le passage fatidique ça reste la réalisation des boutonnières. J’ai l’impression qu’à chaque fois je joue ma vie. Du coup là pour le coup j’étais servie. Malgré les deux ou trois que j’ai eu à découdre, je trouve que je m’en suis plutôt bien sortie. J’ai même fait la danse de la joie deux fois lorsque je les ai eu terminés. Mais dans l’histoire la personne la plus heureuse c’est mon chéri qui peut enfin porter sa nouvelle chemise cousue main.

Alors, dites-moi, la chemise, vous êtes prêt(e)s à vous lancer ?

Petit +

  • basique et trop bien taillé
  • réalisable dans du coton (le modèle est complexe, mais la matière facile à travailler)
  • livret illustré clair

Petit —

  • il va falloir de l’entraînement pour faire une fente capucin digne de ce nom
  • long à faire (en même temps, c’est une chemise, on sait bien que c’est plus dur qu’un slip)

Patronage : chemise « l’élégant » des BG

Tissu : popeline de coton mondial tissu

Bouton : Emmaüs (mon fief)